LA La Cigale et la Fourmi

Lecture analytique de La Cigale et la Fourmi

Introduction :
Cette fable est la première du livre I des Fables de Jean de La Fontaine, écrivain classique du 17ème siècle, né en 1621 à Château-Thierry et mort à Paris en 1695. La Fontaine appartient au courant littéraire du classicisme comme Boileau, Molière, Racine, Perrault. Dans la Querelle des Anciens et des Modernes, il se range du côté des Anciens, défendant ainsi l’Antiquité et ses auteurs qu’il admirait. D’ailleurs, ses fables sont inspirées de celles d’Esope, fabuliste grec (VIIe siècle av. J.-C. - VIe siècle av. J.-C.), et de Phèdre, fabuliste latin (né en 15 av. J.-C. et mort en 50 ap. J.-C).
La Cigale et la Fourmi est avec Le Corbeau et le Renard l’une des fables les plus célèbres de l’auteur. C’est un apologue qui dénonce les travers de la société. On peut ainsi la considérer comme une allégorie du travail et de la paresse.

Une fable
I- Récit simple et attrayant
a) Un récit
Cf passé simple, temps du récit ds le passé v 2 7
3ème pers du récit v 7 18
Repères spatiaux et temporels qui situent le récit chez la fourmi 8 tt l’été 2

b) Un récit simple
Voc simple/ ph simples , courtes / voc courant
Histoire simple
2 pers seulement, qui plus est banals, des insectes

c) Récit attrayant
Poème, cf. vers et rimes suivies puis croisées = changement
Vers courts = 7 syllabes = heptasyllabes, et trisyllabes
Verts courts = plus vif , légèreté = 1 fable
Changement de vers= moins monotone

Alternance récit, dd direct aves phrases courtes= rythme varié
Apparition du présent car dialogue , + vivant ; ddirect qui allège le récit

d) Le merveilleux
Animaux personnifiés, typique de la fable, qui parlent … cf. dd
Cigale qui ne vit pas l’hiver ds la nature, meurt, C et F qui ne communiquent pas
Cigale ne mange pas de mouches , de vermisseaux, mais sève des arbres

Pas d’ancrage ds la réalité ; indice spatiaux et temporels vagues , époque indéterminée, lieu indéterminé

II- Un récit didactique, à visée morale
Les animaux cachent des humains, (lion= roi/..), ici symbolisent des défauts ou qualités = allégorie


1) Signification apparente de la fable : condamnation d el’ imprévoyance ? cf Cigale
a) La Cigale = artiste insouciant
Cf. caté chantait chantiez danser, voc de l’art / champ lex de l’art
C’est sa seule activité cf. indices de temps tout l’été (mise en valeur car seul ds un vers), nuit et jour (mais persévérance)

*Un insecte qui vit au jour le jour, non prévoyant/ insouciant
Fort dépourvue (mise en valeur car à la rime) + fort= intensif
Pas un seul= mise en valeur car début de vers + négation pas un
Pas un seul petit = de nvx insistance = redondance
Dépourvu / famine/ subsister= voc lié au manque , à la pauvreté, à la faim

• Un pers qui demande de l’aide, qui compte sur les autres
Priant de prêter
Position d’infériorité

b) La fourmi = pers modèle ?
*Car prévoyante, notions associées à la fourmi : travail, persévérance, les fourmis mettent de coté ; elle vit de son travail et met de côté ds la fable
Elle ne demande rien à pers ds la fable
Sa prévoyance est connue puisque la Cigale se précipite chez elle chez la fourmi sa voisine

• En position de force ds la fable ?
Que faisiez vous= fausse question, elle connaît la réponse, mais veut faire « avouer » la cigale
Aveu : je chantais
Vs chantiez, et bien dansez maintenant : réponse brève qui ne prêt e pas à discussion, cf. impératif, la fourmi a le dernier mot, ses paroles terminent la fable
Elle aurait raison ?
La moralité serait donc : il faut être prévoyant au lieu de se laisser vivre?

2) autre signification possible, en allant plus loin
a) La cigale, un pers si négatif que cela ?
La priant de = politesse
Prêter (et pas donner), donc honnête
Je vs paierai = idem n de plus futur de l’indicatif= certitude
Intérêt et principal : ne cherche pas à voler la fourmi, au contraire
Qqs grains= insistance sur la petite quantité
Subsister= modeste ; elle ne veut pas ‘empiffrer
Foi de … donne sa parole , e,gage son honneur
Avant l’aout= indice de temps, fixe elle mm une date limite au prêt
Prend des engagements, déterminée à rembourser

b) La fourmi

N’est pas prêteuse= négation qui insiste sur son égoïsme= une règle, pas une exception cf présent de vérité générale
Moindre défaut= elle en a d’ autres ? Des pires ? La Fontaine intervient, il juge, il est t le narrateur omniscient qui intervient et donne son avis donc critique de la fourmi


Réponse finale de la fourmi, qui se fait attendre ( suspense ? ) : r, méprisante, cherche à « coincer » la cigale, ton dur, triomphant cf !, impératif, phrase courte, a le sens de la répartie, veut donner une leçon cruelle à la F cf Dansez maintenant
+ Ironie : j’en suis fort aise, ne le pense pas + césure
Deux vers, ne laisse pas de place à la discussion, on peut imaginer qu’elle lui claque la porte au nez

c)
En fait Cigale= artiste
Comme La Fontaine
il serait étrange que La Fontaine condamne l’artiste car il en est un lui mm, tt comme la cigale il ne fait rien de productif
Condamner la cigale et condamner l’art au profit de la vie pratique aurait été se condamner lui mm
Contrairement à aujourd’hui, l’artiste vit du mécénat, comme la cigale

La Fontaine serait donc plutôt du coté la Cigale ?

En fait moralité implicite ; au lecteur d’interpréter

La moralité pourrait alors être :

1-Condamnation de l’imprévoyance de la C ; les artistes se consacrent avant tt à leur art et ont du mal à se projeter ds l’avenir
Ou
2-Condamnation de l’égoïsme, du manque de pitié de la F ? les gens qui ont de l’argent méprisent les autres et sont indifférents à leur malheur

La Fontaine ne prend pas explicitement parti car


• dans la société du 17ème siècle, les artistes ne sont pas toujours bien perçus, contrairement aux gens prévoyants qui ont de l’argent de côté : il ne peut donc condamner la fourmi
• Au lecteur de voir vers quel animal va son cœur et à qui il souhaite s’identifier
• A travers ce choix, le lecteur en apprendra bien plus sur lui-même car il se positionnera dans la société et dans une idéologie.

Conclusion :
Nous venons donc de voir que cette fable si connue des enfants n’est pas si simple à comprendre car il est bien difficile de cerner avec certitude les intentions de l’auteur. Critique-t-il la Cigale ? Ou critique-t-il la fourmi ? Jean-Jacques Rousseau, fervent adversaire des fables de La Fontaine enseignées aux enfants, aurait beau jeu de crier que cette fable est bien trop difficile pour un enfant et trop invraisemblable et qu’il ne peut la comprendre. Cependant, cette fable est bien un apologue et une argumentation indirecte qui s’efforce de convaincre et de persuader. Qui s’efforce aussi de faire réfléchir le lecteur et de lui enseigner la vie.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site