LA Le pain

Le pain Ponge 1899-1988

 

Extrait du Parti pris des choses ds lequel Ponge évoque de nbx objets ds des textes assez courts ; des Proèmes comme il les appelle ("mi chemin entre prose et poésie)

Il essaie ds ce recueil de restituer leur dignité aux choses ; se propose de regarder les objets quotidiens d’un œil défait des habitudes, il prend le parti des choses et non des hommes (cf titre). Cf « je tends à des definitions-descriptions ». Il souhaite célébrer « la beauté non reconnue (…) glorifier les humbles »

 

I) une vision renouvelée

P décide de regarder le pain à la loupe, de grossir l’échelle de l’objet contemplé"il veut retrouver la magie du premier contact avec l’objet. A force de trop voir les choses ns cessons de les voir rééllt" une vision renouvelée, voilà ce que veut donner P

 

A) valorisation

cf merveilleuse "vision surprenante "rare de valoriser un objet banal

 

B) un pain paysage"le pain n’est plus un objet banal mais un paysage grandiose, un relief hors du commun ; le pain devient un monde en miniature

 

1) la surface du pain

 

Surface…impression quasi panoramique"commence par regarder le pain d’en haut, ou de profil"pain devient un paysage que P va décrire

Croûte=surface de la terre avec son relief montagneux

Comme si les Alpes… : les diff. chaînes de montagne avec leurs formes respectives peuvent faire songer aux diff. sortes de pain : ronds,  longs….

Comme si…ss la main"pain=monde en miniature que l’on a à portée de main

 

"Description qui prend une dimension fantastique

Pain=monde entier /évasion

 

2) P évoque ensuite la formation du relief (=cuisson du pain)

 

*1 masse…fut glissée

"Antériorité cf temps des verbes, origines "retour en arrière

 

*masse amorphe en train d’éructer (cf éruption)" boule de pâte en fermentation que le boulanger introduit ds la four//magma qui se trouve ss l’écorce terrestre

"la métaphore pain/terre continue"métaphore filée

 

 Four du boulanger //ds le four stellaire (=univers) "cuisson qui prend une dimension cosmique

Fut glissée pour ns"  le boulanger//Dieu ? cf verbes passifs qui montrent la formation du pain

 

*où durcissant, elle s’est façonnée en vallées."Analogie entre la pâte qui a levé et durci et les soulèvements du terrain

En vallées, crêtes, ondulations, crevasses…. "cf énumération qui souligne la diversité des reliefs, cf chp lex du relief

Dalles minces." // entre croûte du pain et écorce  terrestre

Lumière…= soleil ou chaleur  du four"mélioratif"croûte dorée

"Constant //isme entre pain et terre ; formation du pain= formation de la terre

 

3) 3ème étape : la mie

Les derniers mots du 2nd §e (mollesse ignoble ss jacente) ns font passer de la surface à l’intérieur du pain cf sous sol

 

a)abandon de la métaphore cosmique

cf fleurs feuilles faner…éponge" chp lex du monde végétal "ns rappelle que le pain est une réalité vivante

A son tissu pareil à une éponge "  comparaison"cf trous, bosses, comme ds la mie du pain, + texture moelleuse, « élastique »

Sœurs siamoises   soudées par ts les coudes à la fois" insistance sur le caractère compact de la mie

Cf aussi allitération en  (s) pour souligner ce caractère compact (alors que pour la croûte dominante de (c) (t), sons  qui craquent  cf l 5,6

Cf phrase sans pause l 8,9 pour suggérer tt ce qui est soudé ds la mie

 

b) vision péjorative (différent de la vision  méliorative de la croûte)" un jeu d’oppositions croûte/mie

 

*vision péjorative

Mollesse, ignoble (ce qui n’est pas noble étymologiquement)

lâche et froid" double sens à prendre soit au premier degré (lâche= pas compact) ou personnification =pas courageux

mollesse/masse amorphe"mou avant d’être cuit ou personnification=personnalité inconsistante, ss énergie

"Mots qui se chargent de connotations morales péjoratives

cf éructer §e 2 qui peut être compris ds son sens premier et être aussi péjoratif "être mou et assez répugnant qui rote ss vergogne

 

*oppositions

" un jeu d’oppositions croûte/mie" mélioratif/péjoratif

cf tiret qui sépare distinctement croûte et mie l 6 ; avant tiret=mélioratif où la lumière…couche ses feux=vision méliorative de la croûte dorée ; après tiret= péjoratif ; + cf sans un regard pour = rupture nette ; valeur méprisante

"P semble préférer la croûte à la mie

 

c) flétrissement du pain

*Le pain rassit, faner, se rétrécir, se détacher"verbes qui expriment le changement et revoient au détachement du pain, à son émiettement

*cf l 9 10 11 rythme haché (contrairement à la phrase pérécedente) car propositions assez brèves " souligne le rétrécissement du pain

*cf aussi friable"…=comme si la phrase se désagrégeait, s’émiettait au moment où elle évoque l’emmiétement  du pain

 

"P cherche donc à évoquer le pain ds ts ses états, il veut en fournir l’ensemble des caractéristiques permanentes, de sa naissance à sa mort

Cf titre : le pain = n’importe lequel ; tt le temps

 

"Une vision surprenante, originale, mais aussi très organisée (extérieur"cœur de l’objet) très détaillée, complète (surface, mie, naissante, mort)

 

II un poème qui sert à …

 

a)Poétiser un objet banal

*cf vers blancs, alexandrins aux l 8, 9, 10

*cf recours à de nombreuses figures de style qui font naître une autre réalité :

Feuilles/fleurs sont comme des sœurs siamoises"on glisse vers le végétal, le rêve, le fantastique, le poétique ; que représentent-elles ? peut-être  référence à fleurs de farine, pâtes feuilletées

*cf travail des sonorités 

*cf travail du rythme

*cf travail du langage cf double sens des mots  

 

"Permet au pain d’accéder à une vie poétique /c’est le langage poétique…qui fait exister le pain

 

b) faire passe une leçon ?

 

cf description brusquement interrompue  avec jeux de mots

*"cf  brisons la (croûte) "homophonie avec brisons là = arrêtons là, comme si P voulait mettre fin à cette étude "jeu de mots

 

*Le pain doit être ds notre bouche

" Double sens aussi "pour le manger, pour en parler

 

*Moins objet de respect que de consommation"rupture"le pain qui était devenu un monde est ramené à l’état d’objet de consommation, de simple alimentation

P ns invite donc à voir en lui davantage la substance destinée à nourrir l’être humain qu’un symbole religieux,  1 aliment spirituel"refus des valeurs symboliques

 

"Le poète ns invite à jouir ss attendre des choses simples de la vie

 

c) une allégorie de la création poétique ?

 

 

poème qui se façonne comme le pain, qui passe de l’informe (le magma des mots), de l’inarticulé à l’articulé

 

cf mie/magma

éructer

mie =tissu

 

pain qui se façonne en plans articulés

 

cuisson du pain=passage du cru au cuit

feuilles soudées

boulanger

 

"fabrication du pain" créer c’est donner forme

 

brisons la=le pain=objet

= magma des mots

se dit d’un langage inarticulé

or étymologiquement textus (latin)=tissu

 

"comme le discours poétique, travail de l’expression qui anoblit la matière

"comme passage des mots au poème

"feuilles de papier soudées en recueil ?

"poète

 

"fabrication du texte

 

ou le pain=poème"le poème ne doit pas être objet de respect mais de consommation "plaisir de l’œuvre d’art + caractère dérisoire de l’activité poétique

 

Synthèse : Avec  P,  l’objet banal a fait son entrée en  litt (œuvre à caractère novateur) il se révèle ici un amoureux des choses qui regarde les objets avec un œil nouveau ; P ns montre que l’objet le plus banal renferme des richesses insoupçonnées que seule la langue poétique dévoile. ; poème qui peut-être compris à différents niveaux

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×